Forum de l@ S@v@ne

On ferme. :-)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ligue des Champions : je t’aime, moi non plus ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ben
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2395
Age : 47
Localisation : Les Collines
Date d'inscription : 16/12/2006

MessageSujet: Ligue des Champions : je t’aime, moi non plus ?   Mer 14 Fév - 17:41

Au-delà du prestige que procure une participation à la Ligue des Champions, les clubs y recherchent aussi, et surtout, d’importantes retombées financières. Pour un club belge, on peut les estimer à un montant entre 5 et 7 millions d’euros.

Pour rappel, vous avez pu le lire par ailleurs, Robert Louis-Dreyfus espérait voir le Standard y participer dès la saison 2000-2001. Ce ne fut pas le cas. L’objectif fut ensuite reporté à 5 ans, soit une qualification au terme de la saison 2002-2003. Il ne fut pas atteint non plus.

Pourtant, dans les déclarations, le Coupe aux grandes oreilles, comme disait Goethals, est ardemment courtisée.
Reto Stiffler : « Robert Louis-Dreyfus atteindra [ses objectifs] avec le Standard, c’est sûr et certain. Je n’en doute pas une seule seconde. Notre but est que le Standard redevienne le club mythique que j’ai connu au début des années 80. Anderlecht défend actuellement l’honneur de la Belgique en Ligue des Champions, mais nous voulons que le Standard reprenne prochainement le témoin. » (Foot Magazine, 13 décembre 2000).
Robert-Louis Dreyfus : « Le but consiste à rejoindre la Ligue des Champions. Nous devons profiter du secont ticket offert à la Belgique pour gravir un échelon. » (Foot Magazine, 4 juillet 2001)
Pierre-François : "Avoir le choix de regarder Anderlecht ou Bruges en Ligue des champions alors que votre équipe s’entraîne ce jour-là au Bois Saint-Jean, cela donne des envies de faire mieux. Je serai content d’être en UEFA mais déçu de ne pas être en Ligue des champions cette saison. » (Le Soir, 5 décembre 2003)

Mentionnons encore cette phrase assassine de Michel Preud’homme dans Télémoustique en octobre 2004 : «Tu sais, permettre au Standard de lutter à armes égales et d'atteindre la Ligue des Champions, ça nous ferait 700 millions de budget. Mais on prendrait la place d'un autre. Le Standard est déjà fort maintenant avec un petit budget. S'il a l'argent de la Champion’s League, il sera encore plus fort. Crois-tu que certains en ont envie? La renaissance du Standard dérange. Donc, le pouvoir travaille... »
Ou encore Pierre François, au début de la saison 2005-2006 : « Grâce aux résultats d’Anderlecht et Bruges ces dernières années, le champion sera directement qualifié pour les poules de la Champion’s League. J’ai envie de leur dire un grand merci au terme de la 34e journée… »
Reto Stiffler : « Si on a ce bonheur-là, on fera un effort pour que le club soit à la hauteur de l’événement, c’est sûr. Mais on restera dans des normes Standard. » (Standard Magazine, décembre 2005)
Citons encore Luciano D’Onofrio, dans la Gazette des Sports du 16 mars 2007 : «Nos dépenses sont largement plus importantes que nos recettes jusqu'à présent. Si nous pouvions bénéficier des rentrées de La Ligue des Champions pendant deux ou trois ans, cela ferait une sacrée différence. »


Dernière édition par le Dim 6 Jan - 19:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ben.populus.org
Ben
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2395
Age : 47
Localisation : Les Collines
Date d'inscription : 16/12/2006

MessageSujet: Re: Ligue des Champions : je t’aime, moi non plus ?   Mer 14 Fév - 17:45

Pas une nécessité financière

La manne d’argent européenne n’est cependant pas indispensable à la survie financière du Standard. « Elle permettrait de combler le déficit, mais pas de gagner de l'argent », explique au Soir, du 11 décembre 2004, Luciano D’Onofrio.
Prévoyance et caractère aléatoire de résultats obligent : «Notre budget n'est pas basé sur l'obligation d'une campagne européenne. On ne l'établit pas en fonction d'une participation à l'épreuve internationale», répète Michel Preud’homme le 14 octobre 2005 à La Dernière Heure.

Pour rappel, le Standard doit combler, bon an mal an, un déficit d’environ 3 millions d’euros par la vente de joueurs. Décrocher le pactole de la Champion’s League permettrait donc, en principe, d’assurer une meilleure stabilité au noyau de joueurs.
Le Standard s’est approché de l’objectif CL durant la saison 2003-2004, mais s’est effondré dans le sprint final avec le FC Bruges, obtenant l’UEFA en lot de consolation.
Pierre François avait affirmé que pour la reprise des entraînements en juin 2004, le noyau serait complet. Ce ne fut pas le cas, et il s’en défendit dans le magazine officiel du club de juillet-août 2004 : « Je crois sincèrement que nous aurions tenu parole si nous avions été engagés en Ligue des Champions. Car l’échéance venait plus tôt. Cela n’étant malheureusement pas le cas, nous avons travaillé en prenant du recul. » Précisons que les Rouches auraient dû disputer un tour préliminaire.

Deux ans plus tard, l’accession à la grande tirelire s’est rapprochée. En étant vice-champion, le Standard décroche le droit de prendre part au 3e tour préliminaire, face à un adversaire solide mais jouable, le Steaua Bucarest. Les supporters ayant en mémoire les déclarations du directeur général deux ans plus tôt pouvaient donc s’attendre à ce que l’équipe soit prête dès août 2006. Ce fut tout le contraire, avec un noyau à nouveau en reconstruction et un entraîneur, Johan Boskamp, réclamant des renforts à cor et à cris alors que la Champion’s League frappe aux portes de Sclessin…

Pourtant, la couleur avait été annoncée.
Luciano D’Onofrio déclarait dès mai 2006 dans le Standard Magazine que : « Notre but n’est pas de former un groupe pour la Ligue des Champions mais pour le championnat de Belgique. Ce qui ne veut pas dire non plus que nous ne voulons pas avoir un groupe capable de gagner des matches de poules en C1. »
Le directeur technique, Michel Preud’homme, est plus précis dans la presse le 25 juillet 2006 : "Cela aurait été différent si nous avions été qualifiés directement, mais nous n'allons pas y investir de l'argent maintenant. Attendons de voir, et en cas de qualification et il sera encore temps d'aviser."

Le jour du match aller, le 9 août, il réaffirme à la DH qu’une qualification n’est pas vitale pour le club : "Vitale ? Non. Mais une telle réussite nous permettrait d'accomplir plus rapidement un pas supplémentaire à tous les niveaux. Au niveau sportif d'abord car l'expérience qu'on acquiert en disputant les poules se révèle incomparable. Au niveau financier ensuite, bien évidemment. Les rentrées que générerait la participation aux poules nous offriraient surtout la latitude d'étoffer en qualité l'effectif de la saison prochaine. Mais la qualification n'est pas vitale pour le Standard car depuis quelques années, le club se montre prévoyant dans sa gestion."

La suite est connue. La Ligue des champions n’est pas passée par Sclessin.
Reste une question à laquelle le lecteur/le supporter répondra par lui-même : ce Standard-là s’est-il donné les moyens d’atteindre cet objectif ? En d’autres termes, n’est-ce pas un peu paradoxal de voir les revenus de la Ligue des champions, objectif énoncé dès le 17 juin 1998, sacrifiés sur l’autel de l’orthodoxie budgétaire alors que le club touche au but ?
« Le Standard doit s’autofinancer, c’est une priorité. Sauf si quelqu’un veut y engager son propre argent comme on l’a fait, il est le bienvenu. En attendant, un titre de champion qui mettrait le club en péril ne m’intéresse pas», affirmait Luciano D’Onofrio dans le Standard Magazine d’août 2006.
Et il renchérit dans Le Soir du 4 novembre 2006 : « Je veux d'abord une gestion en équilibre, juridiquement bonne, et que tout le monde soit payé à la fin du mois. Je ne veux pas mettre le Standard en danger pour des ambitions personnelles ou pour des questions de vanité. Cela fait six ans que ce club est en équilibre, quasiment sans coupe d'Europe. C'est une belle satisfaction. »
« Mais, je le répète, pas question de jouer au poker sportif et d'accumuler des dettes qui mettraient en péril l'avenir du club », répète-t-il encore à la Gazette des Sports le 16 mars 2007.

Donc, risque zéro…

__________

Pour accéder aux autres parties du dossier :

La page home du dossier
Introduction
Index alphabétique
La liste des mises à jour
Les acteurs
Les statistiques
Un bilan en questions
La chronologie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ben.populus.org
 
Ligue des Champions : je t’aime, moi non plus ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Foot - Ligue des Champions 2010/2011
» Ligue des Champions 2010- 2011
» Ligue des champions de l'AFC
» [Adversaire de Lyon en ligue des champions]
» prix match ligue des champions.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l@ S@v@ne :: Standard : les années Louis-Dreyfus-D'Onofrio © :: Un bilan en questions ©-
Sauter vers: